L'Horloge Astronomique est un chef d'oeuvre de la Renaissance. Construite au XVIème siècle, elle faisait partie des sept merveilles de l'Allemagne. La légende prétend même que l'auteur de l'horloge astronomique eut les yeux crevés sur ordre du Magistrat de la ville, soucieux de l'empêcher de construire ailleurs semblable ouvrage. Aujourd'hui, vous pourrez admirer les automates qui s'activent tous les jours à 12h30.


Elle fut construite vers 1547 par une équipe d'horlogers suisses. Hors d'usage depuis la Révolution, Jean-Baptiste Schwilgué l'anima d'une vie nouvelle vers 1840.
Une première horloge avait été construite entre 1352 et 1354 dite des Trois Rois, mais elle a dû cesser de fonctionner au début du XVIe siècle


Enrichie par ses soins d'un planétaire copernicien et d'un comput ecclésiastique, l'horloge attire surtout par le jeu de ses automates qui, tous les jours, à midi trente, s'ébranlent au grand complet. A cet instant, on peut voir les apôtres défiler devant le Christ.



Le passage de Pierre est ponctué par les battements d'ailes et le chant d'un grand coq. Plus bas, ce sont les différents âges de la vie, qui, personnifiés par un enfant, un adulte et un vieillard, passent devant la Mort.


Devant l'Horloge s'élève le merveilleux Pilier des Anges qui, de manière très originale, représente en fait un Jugement Dernier puisqu'il regroupe le Christ-Juge, les quatre Évangélistes et les Anges du Jugement, sonnant de la trompette.
La deuxième horloge de Dasypodius En deux phases, entre 1547 et 1574, une seconde horloge a été construite par les mathématiciens Christian Herlin et Conrad Dasypodius, les frères horlogers Habrecht et le peintre Tobias Stimmer. Cette horloge était une horloge astronomique planétaire et indiquait donc le déplacement des planètes sur un astrolabe. Un calendrier perpétuel indiquait les fêtes mobiles sur une durée de 100 ans. Enfin, les éclipses à venir étaient peintes sur des panneaux.


La deuxième horloge cessa de fonctionner car les rouages étaient en fer forgé et se sont rapidement oxydés et dégradés.

L’horloge de Dasypodius cessa de fonctionner peu avant la Révolution française et resta dans cet état jusqu’en 1838.

 
Transformation de l'Horloge par Schwilgué


De 1838 à 1843, l’horloge fut transformée par Jean-Baptiste Schwilgué (1776-1856), un Alsacien autodidacte qui après avoir été apprenti horloger, devint professeur de mathématiques, vérificateur des poids et mesures, et enfin entrepreneur. Schwilgué avait souhaité réparer l’horloge dès son plus jeune âge et cela resta une force directrice toute sa vie.



Les fonctions de l'horloge La nouvelle horloge consiste en gros en de nouveaux mécanismes placés dans le buffet de la seconde horloge, datant du 16e siècle. Tous les cadrans sont aussi nouveaux, mais l’horloge est dans son ensemble conservatrice, dans le sens où les fonctions de l’horloge de Schwilgué diffèrent peu de celles de l’ancienne horloge, sauf pour ce qui est du défilé des Apôtres qui n’existait pas auparavant. Pour le reste, il y a toujours un équivalent.

 
Le comput ecclésiastique

Un détail du comput ecclésiastique. L’horloge de Schwilgué fait la même chose que l’horloge de Dasypodius, mais différemment, voire mieux, alors que l’ancienne horloge indiquait les fêtes mobiles par avance sur une période de 100 ans, la nouvelle horloge détermine les fêtes mobiles de l’année à venir à la fin de chaque année. Moyennant un remontage et un entretien régulier, on peut considérer ce mécanisme — le comput ecclésiastique — comme un calendrier perpétuel. La règle pascale est assez simple à énoncer et la définition de la date de Pâques a été adoptée au concile de Nicée, en 325. Selon ce concile, Pâques tombe « le dimanche qui suit le quatorzième jour de la Lune qui tombe le 21 mars ou immédiatement après ».




Toutefois, les choses sont devenues plus compliquées lors de l’introduction du calendrier grégorien en 1582, lequel calendrier a modifié les dates des pleines lunes pascales et leurs règles de calcul. Dans l’état actuel de nos connaissances, Schwilgué a été le premier à avoir traduit mécaniquement le calcul de Pâques grégorien sous forme mécanique, et ce dès 1821 avec un prototype conçu en 1816. C’est ce même mécanisme qui figure, en plus grand, en bas à gauche de l’horloge actuelle.




Contrairement à ce qui est souvent dit, ce mécanisme n’est pas un ordinateur, bien que « comput » soit la racine de computer (ordinateur). Le "comput ecclésiastique" est en fait le calcul de L’église.
Les automates
L’horloge comporte bien d’autres renseignements intéressants, mais ce qui attire le plus les touristes, ce sont les automates. Ceux-ci se mettent en mouvement aux quarts d'heures, aux heures et à midi (par rapport à l'heure de l'horloge qui est quasiment le temps moyen de Strasbourg).
Un ange sonne sur une cloche tandis que le second retourne un sablier et que quatre personnages, représentant les âges de la vie (de l’enfant au vieillard) défilent devant la Mort.

Au dernier étage, ce sont les douze Apôtres qui passent devant le Christ. L’horloge indique bien plus que l’heure officielle puisqu’elle permet aussi de connaître le temps moyen, le jour, le mois, l’année, le signe du zodiaque, la phase lunaire et la position de plusieurs planètes. L’ensemble des automates se met en fonction à 12 heures 30, quand pour l'horloge il est midi.


....................................

La légende raconte que le créateur de cette horloge aurait eu les yeux crevés à la fin de la création de celle-ci pour qu’il ne puisse pas la reproduire.


cliquer pour retouner à la page d'accueil Retour accueil