En tout, plus de deux mille messages venus d'ailleurs et attribués à Frederick Williams Henry Myers, "écrivain anglais 1843-1901, connu du grand public comme un des fondateur de la société de recherches psychiques", Henry Sidgwick, Edmund Gumey et, plus tard, Mme A.W. Verrall ont été enregistrés par le biais de l'écriture automatique. En trente ans, de nombreux médiums ont ainsi été "contactés ". Et les messages ont toujours eu cette forme déroutante de puzzles littéraires, bourrés de références classiques qui devaient, normalement, signaler l'érudition et la culture de ceux qui les "émettaient". Le sens de ces fragments de textes est resté en grande partie mystérieux. Ils ne sont compréhensibles que mis bout à bout et lus en continuité. Le seul problème est bien de savoir quel fragment placer avant tel autre:





les médiums eux-mêmes ne les comprenaient pas au moment où ils les "recevaient". Le cas Roden Noël est un bon exemple de cette complexité. Le 7 mars 1906, Mme Verrall, un des médiums les plus contactés par l'esprit de Myers, enregistre quelques vers en écriture automatique. Ils commencent par ces mots étranges: "Tintagle et la mer qui gémissent de douleur." Ce qui n'a aucun sens pour Mme A.W. Verrall. Cependant, Mme Johnson, qui se trouve là pour enquêter sur le mystère des correspondances croisées, comprend qu'il s'agit d'une réminiscence d'un poème de Roden Noël, connu sous le titre de Tintadgel. Apparemment, Mme Verrall ignore tout de ce poète des Cornouailles... Quelques jours plus tard, en Inde, Mme Hollande c'est le pseudonyme de Mme Alice Fleming, "la sœur de Rudyard Kipling" reçoit un tout aussi étrange message: "Ceci est pour A.W... Demandez-lui ce que la date du 26 mai 1894 signifie pour lui, pour moi et pour F.W.H.M. Je pense qu'il n'aura aucun mal à s'en souvenir, mais, dans le cas contraire, qu'il demande à Nora !" A.W. désignait alors le docteur Verrall. F WH.M. était Myers. Tous les deux. avaient bien connu Roden Noël. Nora est le nom de code de la veuve d'Henry Sidgwick, qui avait été très proche du poète. Mme Holland ignorait tout cela. Une semaine plus tard, elle n'en reçoit pas moins un nouveau message: "Dix-huit, 15,4, 5, 15. Quatorze, 15, 2, 12. Ne pas les prendre comme ils se trouvent. Voir les "Rév" le Livre des révélations 13, 18, mais seulement les huit mots centraux, pas le passage entier." Mme Hollande ne parvient pas davantage à comprendre de quoi il s'agit. Elle envoie pourtant le message en Angleterre. L'allusion aux "huit mots centraux" révèle tout à Mme Johnson. Ces mots sont: "Car c'est le nom d'un homme". En fait, en remplaçant les lettres de l'alphabet par la numérotation correspondante, on obtient bien le nom de Roden Noël.





Henry Sidgwick



Edmund Gurney

Ces deux compagnons de Frederick Myers ont participé, comme "l'esprit" de celui-ci, au grand concert des correspondances croisées qui s'est étendu sur près de trente années.


Mme Leonore Piper



Helen Verrall






Le 21 mars, il y a une autre référence à Roden Noël dans un message reçu par Mme Hollande. Le 26 mars, c' est au tour de Mme Verrall d'en recevoir un autre. Plus tard encore, le nom de Noël finira par être dicté, en toutes lettres. L'énigme posée par le cas des "tombes des Médicisé" sera beaucoup moins facile à résoudre. En novembre 1906, les messages enregistrés par l'écriture automatique se mettent à se remplir de références au soir, au matin, à l'aube, à la mort, au sommeil et aux ombres. En janvier 1907, Mme Verrall reçoit plusieurs fois les mots "laurier" et "couronne de laurier". Puis, en février, c'est Mme Piper, le médium américain, qui reçoit ce message: "Morehead" (en anglais, laurier). Je dis que je lui ai donné cela pour des lauriers. Au revoir... Mme Piper, au cours d'une transe, a la révélation d'un homme noir et murmure: "Mort", je pense que c'était quelque chose à propos d'une couronne de laurier. Le lendemain, un nouveau message précisait: "J'ai donné à Mme V. des couronnes de laurier". Au mois de mars, Mme Verrall écrivait: "La tombe d'Alexandre"... les couronnes de laurier, les lauriers ornent le front des vainqueurs. Quelques jours plus tard, aux Indes cette fois, Mme Hollande recevait: "Ténèbres, lumières, ombre, la tête d'Alexandre Moor". Puis, pendant deux ans, l'esprit de Myers semble abandonner toute référence aux lauriers. En 1910, Mme Willett écrit: "Les tombes des Laurent, Aube et Crépuscule". Un mois plus tard, en juillet, Mme Piper prononce les mots suivants au cours d'une transe: "Méditation, morts endormis, lauriers".





Il faudra encore deux ans pour que les enquêteurs chargés d'éclaircir cette affaire de messages d'outre-tombe comprennent que toutes ces allusions se rapportaient, en fait, aux tombes des Médicis, la riche et puissante famille florentine du XVe et du XVIe siècle. Et, plus particulièrement, à la tombe de Laurent Ier le Magnifique, dont le mausolée est orné de statues de la Méditation, de l'Aube et du Crépuscule. La tombe de Laurent contient également la dépouille mortelle d'Alexandre, un Médicis assassiné. Alexandre était un métis et ses traits accusaient un caractère négroïde prononcé. Ce qui permet d'expliquer les références à "Alexandre la tête de Maure" en anglais (Morr's head ou More-head). Evidemment les médiums, qui ne connaissaient pas Florence, n'avaient pas compris ces allusions et croyaient qu'il s'agissait d'Alexandre le Grand... Mme Hollande, par contre, connaissait bien ces tombes. Il semble d'ailleurs que l'esprit ait tenté de lui faire comprendre quelque chose à propos de Diamond Islande, où un nouveau procédé de télégraphie sans fil était expérimenté. Ce qui aurait formé une sorte de jeu de mots d'outre-tombe, puisque l'inventeur de ce nouveau procédé se nommait Alexandre Muirhead...Ce jeu de mots est-il sorti du subconscient de Mme Hollande? La réponse est incertaine. En revanche, on peut très bien considérer que l'émetteur a pu sélectionner des récepteurs dont les références culturelles étaient suffisantes pour démêler un tel imbroglio. Au cours d'une communication avec Mme Hollande, l'esprit de Myers a exprimé ses difficultés pour faire passer un message simple: "J'ai l'impression de me trouver derrière une glace couverte de givre", qui gêne la vue et assourdit les sons, et de dicter une lettre, d'une voix affaiblie, à une secrétaire récalcitrante et un peu bornée. Un des témoins rapprochés de ces correspondances croisées devait d'ailleurs avoir l'occasion d'expérimenter la réalité de cette "glace couverte de givre". Le docteur A.W. Verrall, l'époux du médium, meurt le 18 juin 1912. Quelques semaines plus tard, Mme Willet reçoit sa première communication post mortem, bourrée d'allusions à des plaisanteries familiales et à des oeuvres classiques. Réunie à d'autres messages, une telle communication a convaincu les amis du docteur Verrall que c'était bien le défunt qui s'exprimait.

Les correspondances croisées ont cessé avec la mort des derniers membres du cercle intéressés aux messages du groupe Myers. Regroupés en volume, ces messages forment une masse encore largement inexploitée. Pourquoi ont-ils si soudainement cessé? Probablement parce qu'il n'y avait plus de médiums pour les recevoir, après la fin de la mode spirite. En outre, plus personne n'était sur la bonne "longueur d'onde", qu'elle soit psychique ou plus simplement culturelle: les références littéraires de Myers sont redevenues incompréhensibles, même pour des lettrés contemporains. A vrai dire, l'esprit de Myers se manifeste encore de temps en temps. La dernière fois, en avril 1972, il s'est adressé à Matthew Manning, un jeune spirite anglais : "Vous ne devriez pas vous lancer dans ces pratiques, à moins de savoir ce que vous faites". J'ai énormément pratiqué l'écriture automatique de mon vivant et je n'arrivais jamais à trouver le sens de ce que j'écrivais. Aucun être vivant ne découvrira jamais le secret de la vie après la mort. Cela dépend de tellement de choses, de la personnalité, du corps astral et psychique! Cependant, continuez d'essayer, vous êtes peut-être proche d'un grand secret. Alors, ces correspondances croisées, fraude, télépathie inconsciente ou véritables communications avec l'au-delà? Toute l'étude des messages de Myers reste à reprendre, sur des bases vraiment scientifiques. A l'horizon, le secret de ce qui arrive après la mort...


cliquer pour retouner à la page d'accueil Retour accueil