A quelques kilomètres au sud de Cassagnoles dans l'herault
Très particulière cette portion de route qui donne l'impression de monter et descendre en même temps ! En effet, une configuration spéciale du terrain environnant donne une mauvaise impression du sens de la pente de la route. Le résultat est spectaculaire, et très amusant : une boule qui tombe se met à "remonter la pente". Encore mieux : laissez votre voiture au point mort au milieu de la pente et vous la verrez aussi remonter celle-ci.

Connue des habitants de la région, cette "anomalie" est souvent repérée comme la route qui monte et qui descend. Ce qui mérite quelques explications car c'est le propre de toute pente de monter ou descendre selon le sens qu'on la regarde !

On voit bien, à l'étude du plan ci-contre, que tout se joue sur une dénivellation de quelques décimètres ... Il est très vraisemblable que l'effet provienne donc d'une erreur visuelle par rapport aux alentours. Le sens constaté de la descente (en laissant descendre un objet cylindrique ou sphérique par exemple) correspond bien au sens déterminé par un relevé de niveaux. Dommage pour ceux qui aimeraient y voir quelque chose de plus fantastique ...

Un observateur énonçant « la route monte !», parce qu’il la « voit » monter, observera que le niveau à bulle va à l’encontre de ce qu’il « voit » d’où la mise en évidence de l’anomalie. un observateur énonçant « la route descend ! », parce qu’il la « voit » descendre, observera que le niveau à bulle lui donne raison, d’où la mise en évidence du caractère normal du site.

 

Grâce à René M. avons utilisé un niveau BILD, les mesures étant effectuées sur des croix de repérages, rectilignes, marquées au sol, à partir du niveau BILD, et sur toute la longueur de la route. Une séries de mesures à été effectuée à partir d’un point, toujours en alignement sur la ligne des repères, mais éloigné de 12 m. Mesure de distance entre les repères : 2,94 m = 1 U. la hauteur de la mire est mesurée en mètres. Il faut préciser ici, que par ce procédé, lorsque l’on compare deux points, si la valeur mesurée pour le deuxième point est supérieure à celle du premier point, cela veut dire que le deuxième point est au-dessous du premier. De la même manière, si la deuxième mesure est inférieure à la première, cela veut dire que le deuxième point est plus « haut » que le premier.

Série de mesures :
 

Il apparaît, sans ambiguïté, que la pente est négative.
Conclusion :
Le site gardera sa caractéristique de « curiosité », mais non plus comme anomalie géographique, mais comme très belle illusion d’optique.


("J'ai reporté les altitudes [des courbes de niveau] sur la vue d'avion. L'épingle à cheveux est à 350 mètres d'altitude, et la voiture "monte" toute seule vers le virage... à 345 mètres d'altitude. Donc cette route qui semble monter sur la photo, en réalité descend de 5 mètres.")


Voici, en bas de l'image, la route magique, et le terrain sur lequel elle se trouve. L'image est une vue Google Earth parfaitement droite ! On voit bien le problème. L'ensemble du paysage est constitué d'un vaste plateau incliné, et celui-ci ne comporte aucun point de repère vertical, maisons, immeubles, ou même arbres. Notre notion d'horizontalité est donc faussée. on a tendance, en l'absence d'autre points de repère, à imaginer un horizon plutôt plat. La route magique est le tronçon de droite de l'épingle à cheveux. On a l'impression qu'il monte vers la droite, alors qu'en réalité, c'est l'inverse (il monte d'environ 5 mètres vers la gauche d'après les relevés altimétriques de l'IGN.
 

Rappelez-vous, nous sommes dos à la pente, et le terrain monte fortement devant nous, ce qui est illustré par les flèches roses. Cependant, la route magique prend place sur le flanc droit d'une dépression dans le plateau incliné, figurée par les lignes roses obliques. On n'a pas conscience du fait que le terrain monte vers l'avant. On s'imagine donc que la route descend vers le fond de la dépression, vers la gauche. C'est vrai, mais cette descente est contrebalancée par la montée générale du terrain vers le fond de l'image, qui est masquée par l'absence de perspective, mais évidente sur la première image ci-dessus. De sorte qu'au total, c'est la montée du terrain qui l'emporte, malgré les apparences. Aucun mystère gravitationnel.

D'ailleurs, une telle anomalie gravitationnelle ne pourrait en aucun cas donner l'illusion qu'une route monte au lieu de descendre, car la direction de la chute des corps, donc le sens dans lequel les voitures roulent, est la seule notion qui puisse définir l'impression de haut ou de bas.




Retour Accueil