LA CONVERSATION SECRETE ENTRE APOLLO 11 ET HOUSTON
Cette nuit-là, des millions de téléspectateurs dans le monde entier avaient les yeux fixés sur l'écran de leur téléviseur. A Houston, les correspondants des nombreuses télévisions présentent suivaient de très près la mission Apollo 11 et son équipage : Armstrong, Aldrin et Collins. Sur nos écrans, nous avons tous pu voir comment le module lunaire Eagle se séparait majestueusement de la capsule spatiale et initiait sa descente prudente vers notre satellite. Collins coordonnait l'opération et servait de lien entre la terre et le module lunaire, tandis qu'Armstrong et Aldrin s'approchaient de plus en plus de la lune. Le cœur serré nous avons observé comment les moteurs de l'Eagle s'allumaient pour amortir le contact avec le sol sélénite. La porte du module lunaire s'est ouverte et Neil Armstrong s'est penché vers l'extérieur : il bondit vers le sol lunaire " un petit pas pour l'homme mais un grand bond pour l'humanité ".
Nous avons découvert des visiteurs

Mais, soudain, quelque chose s'est passé. D'inopportunes interférences ont interrompu l'émission et, pendant près de deux minutes nous sommes restés sans nouvelle de la lune... Plus tard, des ufologues américains et européens rendaient publique un enregistrement soi-disant capté par des radioamateurs qui suivaient en direct les communications entre Apollo et Houston. Il s'agit d'une conversation sur ce qui s'est réellement passé sur la lune et qui diffère de ce qui à été déclaré à l'opinion publique par le gouvernement. En effet, à un moment donné, probablement lorsque Armstrong et Aldrin revenaient vers le module après leur promenade lunaire à eu lieu cette conversation.

Qu'est-ce que c'était ? Bon sang, qu'est-ce que c'était ? C'est tout ce qu'on veut savoir
Ces types sont énormes ! Enormes, je vous dis !
Non, ce n'est pas à cause du champ de distorsion ! C'est incroyable...
Depuis Houston, les contrôleurs essayent de calmer les astronautes. La sécurité s'est déjà chargée de déloger de la salle de communication tout le personnel non indispensable. En même temps, le système de sécurité dit de "boucles" (cycle de deux minutes entre l'émission et la réception du message) permet à la NAZA de disposer de ce même temps pour vérifier ce qui se passe sur la lune et pour calmer les astronautes sans que le reste des mortels soit au courant.
La conversation secrète

---Qu'est-ce qui vous arrive ? Mais bon sang, qu'est-ce qui vous arrive ?
Les astronautes, visiblement nerveux, bafouillent dans leurs communications...
---Ils sont sous la surface...
---Qu'est-ce qui ne va pas ? Contrôle à Apollo 11...
Il semble que les astronautes, qui sont des militaires très entraînés, arrivent à se contrôler...
---Roger, Roger... Nous allons bien mais nous avons découvert des visiteurs. Oui, ils sont restés ici un certain temps si on juge par leurs installations.
---Ici contrôle. Confirmez votre dernier message.
---Je suis en train de vous dire qu'ici il y a d'autres vaisseaux spatiaux. Ils sont l'un à côté de l'autre, à la file, sur le côté le plus éloigné du bord du cratère.
A présent c'est le tour des contrôleurs de Houston (toujours d'après l'enregistrement apocryphe ) de manifester une certaine nervosité...
---Répétez ! Répétez !
---Examinons l'orbite... Nous voulons revenir à la maison... J'ai les mains qui tremblent tellement que je n'arrive pas à..
---Filmer ?
---Oui. Ces maudites caméras fonctionnent mal ici en haut...
---Vous avez réussi à filmer, les gars ?
---Nous n'avons plus de films. Nous avons trois prises des OVNIS, ou comme vous voudrez les appeler... Il se peut que le film soit voilé.
Les dirigeants de la NASA ? De la NSA et de l'USAF se pressent autour du poste de communication du centre de contrôle, et demandent au contrôleur d'ordonner aux astronautes de réunir un maximum de preuves sur les extraterrestres.
---Ici contrôle, ici contrôle, êtes-vous sur le point de partir ? Que signifie ce remue-ménage ? De quels OVNIS parlez-vous ? Expliquez-vous !
---Ils sont posés là, sur la lune ils nous observent !
Faites des photos, toutes les photos que vous pourrez ! Vous filmez ?
---Oui les miroirs sont installés, mais ces êtres peuvent venir demain et les emporter... Quelle que soit leur forme, ce sont, sans aucun doute des vaisseaux spatiaux.

Enfin, Armstrong, réputé pour ses nerfs d'acier (il réussit un jour à poser tout seul un avion en détresse, au lieu de sauter en parachute comme ses compagnons) parvint à contrôler la situation et la transmission se refit normalement vers le reste du monde. Personne, mis à part le président des Etats-Unis, et un groupe de militaires et de techniciens de la NASA, ne pouvait supposer que nos astronautes avaient trouvé des vaisseaux inconnus sur la lune.

Ni la première ni la dernière fois

L'incident d'Apollo 11 ne fut ni le premier ni le dernier. Jusqu'à sa mort, lors du mystérieux attentat de Dallas, le Président Kennedy avait été tenu au courent de toutes les rencontres avec les OVNIS qu'avaient faites les astronautes américains de son époque. Une "fantastique technologie", qui ridiculisait les vaisseaux terrestres, avait suivi de très près les missions spéciales américaines. Le même phénomène se produisit avec les cosmonautes soviétiques.

Le 5 mai 1985 le général Kovalenov était aux commendes de la capsule soviétique Soyouz 6, en orbite autour de le terre. Alors qu'il survolait l'Afrique du sud, Kovalenov et le reste de l'équipage purent observer un étrange objet en forme de cigare précédé d'une sorte de cône qui, soudain, se transforma en deux sphères. Pour Kovalenov, le 40em Astronaute russe, ce vaisseau possédait une technologie à des années-lumière de la technologie terrestre. Et avant le général Kovalenov, beaucoup d'autres astronautes soviétiques virent des OVNIS dans l'espace. Ceci arriva, en 1964 à Feoktistov, Komarov et Yegorov et plus tard, à Romanenko et Grechko. Certain parmi eux, comme Oleg Atkov ou Vladimir Soloviev, ont confessé publiquement (et aussi à la presse) leur croyance en une vie extraterrestre et leurs contacts avec des OVNIS au cours de leur mission spatiale. Au point que, en 1978, l'astronaute Gordon Cooper adressait une lettre au siège de l'ONU dans laquelle il avouait publiquement avoir vu des OVNIS dans l'espace, tout comme d'autres cosmonautes américains qui de par leur statut militaire, se voyaient obligés de cacher cette information et même de mentir à l'opinion publique. Ainsi donc, et maintenant plus que jamais, en ce qui concerne les rencontres entre nos astronautes et les OVNIS, "la vérité est ailleurs ".

Retour Accueil