EN


UN ovni sur la ville

le 5 novembre 1990, Philippe Ughette, photographe de l'agence Magnum,et son assistant fixent sur la pellicule un ovni depuis les toits des immeubles de Gennevilliers. Ce phénomène lumineux seras vu simultanément par des centaines de témoins à travers tout le pays, en direction du sud-ouest vers le nord-est .Pas moins de 233 procès-verbaux parviendrons au bureau de Jean-Jacques Vélasco, ainsi que 614 témoignages de particuliers et 5 rapports de pilotes civils et militaires. Après enquête, le Sepra détermina quatre jours plus tard qu'il s'agit de la rentrée atmosphérique du troisième étage d'un lanceur soviétique Proton, ayant servi deux jours avant la mise en orbite d'un satellite. Cet objet cylindrique serait rentré à 110 km d'altitude environ sur la France et ce serait dispersé à 83 km d'altitude au-dessus de la région de Francfort (Allemagne).

A 18h44, le photographe aperçoit un immense triangle sombre composé de trois points lumineux et d'un tube incandescent.



Le photographe et plusieurs milliers d'observateurs auraient ainsi suivi le processus de désintégration du troisième étage d'une fusée russe.



l'engin n'émet aucun bruit et ne semble pas voler bien haut, à cause d'un effet d'optique dû à l'éloignement ainsi qu'à des nuages bas relativement proches du sol.


Retour Accueil