Cette petite commune aurait bien pu sombrer dans l'oubli, mais l'arrivée, le 1er juin 1885, de l'abbé Bérenger Saunière va irrémédiablement changer l'avenir du village. Enfant du pays, l'abbé Saunière trouve un presbytère et une église en ruine que la municipalité n'a pas les moyens de rénover. Grâce à un don de la Comtesse de Chambord, il va pouvoir commencer quelques travaux de restauration dans l'église. Les histoires varient en fonction des témoins mais il semble évident que l'abbé va découvrir un, ou des trésors, qui lui permettront de rapidement faire avancer les travaux. Tout commence par la découverte d'une dalle templière (dite Dalle des Chevaliers) et d'une cache dans le sol de l'église qui révèle un petit chaudron, une ouille, remplie de pièces brillantes et étincelantes. L'abbé Saunière dit aux ouvriers qu'il s'agit de simples médailles de Lourdes mais les maçons ne sont pas dupes, ils ont bien reconnu la couleur de l'or... S'agissait-il des bijoux de la marquise de Hautpoul-Blanchefort? Cela se pourrait bien, car au moment de la révolution, la marquise de Blanchefort, dernière descendante d'une longue lignée d'aristocrates et d'anciens seigneurs du pays, avait confié à son confesseur l'abbé Bigou, la totalité de ses bijoux afin qu'il les préserve des troupes révolutionnaires. L'abbé Bigou les dissimula dans l'église de Rennes-le-Château avant d'être arrêté et jugé comme prêtre réfractaire, s'exilant en Espagne.




Cette découverte faite, les travaux entrepris par Saunière vont s'accélérer et ses projets s'amplifier. ll va ériger un calvaire, construire une grotte, un bénitier avec une fontaine, refaire entièrement l'église et surtout acquérir tous les terrains avoisinants pour faire bâtir une superbe villa (la villa Béthanie), une serre et une tour originale dans laquelle il abritera une imposante bibliothèque (la tour Magdala). Des arbres exotiques et des animaux peupleront ses jardins...Durant des années, son train de vie ne sera pas celui d'un curé de campagne mais plutôt celui d'un notable fortuné..Il recevra de nombreuses personnalités de l'époque, la cantatrice Emma Calvé, l'archiduc d'Autriche, des politiciens... Il fera venir spécialement du rhum, directement de la Martinique. Mais il fera également bénéficier ses paroissiens de cette manne soudaine en construisant un château d'eau pour amener l'eau courante dans toutes les maisons et financera la réfection et le goudronnage de la route qui mène au village. ll offrira des bijoux anciens à des membres de sa famille. Certains des ces bijoux ont été datés de la période wisigothique. Une question vient aux lèvres des villageois: D'où sort tout cet argent? La rumeur galope dans le village. Le curé a trouvé un trésor".



Il est vrai que le carillonneur a trouvé dans un ancien balustre en bois, un petit flacon contenant un parchemin. Il l'a apporté au curé qui lui a simplement répondu qu'il s'agissait d'une relique. On dit également que l'abbé a trouvé de vieux parchemins dans un des piliers de l'ancien autel, un pilier d'époque wisigothique. L'abbé a également été surpris par des villageois, creusant des trous dans le cimetière, retournant des tombes, effaçant des inscriptions sur certaines dalles funéraires, dont celle de la marquise de Blanchefort... Un ancien registre mentionne les tombes de notables enterrés dans l'église, dans un lieu appelé le tombeau des seigneurs de Rennes. Ce tombeau n'a jamais été localisé, se pourrait-il que Bérenger Saunière l'ait trouvé et pillé? Un diable grimaçant accueille le visiteur a l'entrée de l'église. Pourquoi avoir choisi Asmodée, le démon gardien du trésor du temple de Salomon? La région est propice aux trésors et aux mystères. En effet, ce petit coin de l'Aude possède un passé historique d'une grande richesse. Le trésor des Wisigoths à l'origine, le modeste village de Rennes-le-Château est une place forte du nom de Rhedae.



Suite de l'abbé Sauniere
Les Wisigoths s'y installent et fondent une des capitales du royaume de Septimanie, après Toulouse et Tolède. Il faut rappeler que les Wisigoths ont mis à sac Rome et emporté le trésor de Jérusalem, pillé par les Romains. Les Wisigoths seront chassés de Toulouse par les Francs et se réfugièrent à Rhedae. Des archives font état de la présence du trésor de Jérusalem à Toulouse mais quand les Francs s'emparent de la Ville Rose, le trésor n'y est plus, emporté par les Wisigoths. Les Francs continuent leur conquête et assiègent Rhedae, provoquant la fuite des Wisigoths vers Tolède. La ville espagnole sera prise quelques années plus tard par les Arabes et les archives de l'époque ne mentionnent pas la présence du trésor de Jérusalem à Tolède... Ce trésor serait-il resté à Rhedae? Ou bien, est-il encore enfoui dans la montagne d'Alaric, du nom du chef Wisigoth, près de Carcassonne? Le trésor des Cathares, la proximité de nombreux châteaux cathares dans la périphérie de Rennes-le-Château, peut nous laisser imaginer l'hypothèse du trésor des Cathares caché dans les environs. N'oublions pas que lors du siège de Montségur, une poignée d'assiégés s'enfuit du château pour une destination mystérieuse. La proximité de nombreux châteaux cathares dans la périphérie de Rennes-le-Château, peut nous laisser imaginer l'hypothèse du trésor des Cathares caché dans les environs.



Retour Accueil