Étymologiquement "diseur de sort", le sorcier est lié au diable par un pacte et se rend aux assemblées nocturnes du sabbat; Accusé de faire intervenir les forces surnaturelles mauvaises pour nuire à autrui, il ne doit pas être confondu avec le magicien, qui prétend soumettre ces forces aux volontés humaines. Survivance du paganisme, le sorcier tient un rôle important dans la société paysanne du Moyen Âge, qui lui assigne une place assez mal définie entre le possédé et l'hérétique. Dès 900, la sorcellerie est dénoncée par Réginon de Prüm, illustre moine lettré du Ixe siècle, et la Summa de officio Inquisitionis, manuel d'Inquisition (1270), n'oublie pas de mentionner les "augures et idolâtres" qui s'adonnent au "culte du démon". De tout temps pourchassés et condamnés à mort, le plus souvent après d'effroyables tortures, les sorciers, d'abord soumis au pouvoir religieux, relèvent, dès le XVe siècle, de la juridiction laïque.

Mais c'est surtout du XIVe au XVIIIe siècle que se développe la chasse aux sorciers. En de nombreuses circonstances, des tribunaux d'exception furent créés pour des procès relevant à la fois de l'État et de l'Église, dont le plus célèbre est celui des Ursulines de Loudun. La persécution devint même une affaire publique, les fidèles ayant le devoir de dénoncer (des troncs étaient prévus à cet effet) les sorciers qu'ils auraient été amenés à démasquer. Sans parler des deux affaires les plus retentissantes (Gilles de Rais et l'affaire des poisons), les procès de sorcellerie ne manquent pas, il y eut de véritables pourvoyeurs de bûcher, ainsi Muguet, berger bourguignon surnommé "le petit prophète". De l'élaboration des philtres d'amour aux célébrations de messes noires, en passant par l'évocation des morts et les scènes de lubricité collective, les pratiques des sorciers sont nombreuses; Cependant, elles avaient parfois des buts médicaux, et Paracelse dira tenir des sorcières tout ce qu'il sait dans le domaine de la bienfaisance médicale.

Très influents auprès des petites gens, qui les craignent et attendent leur aide (aussi bien pour se débarrasser d'un voisin que pour rendre seulement ses champs stériles), les sorciers sont aussi recherchés par les puissants qui leur demandent la richesse (le plomb devenant or), l'amour (philtre dont ils détiennent le secret), la gloire (empoisonnement d'un rival gênant). Selon Michelet, révolte et prise de conscience d'un monde pauvre soumis aux oppressions naturelles du pouvoir, la sorcellerie, qui remonte à la plus haute antiquité, est aussi, sinon plus sûrement, le résultat souvent perverti de la quête d'un absolu, de la recherche d'une puissance maîtrisant les éléments, la vie et la mort ; rendant crédibles ses pouvoirs, y croyant parfois lui-même, le sorcier répond aux aspirations plus ou moins conscientes des foules; Aujourd'hui encore, et selon des pratiques directement venues des époques médiévales, le sorcier a droit de cité dans telle ou telle de nos campagnes.














LE PROCES DE SALEM


UNE HORRIBLE SORCIERE



Retour Accueil
Retour Parapsychologie